Bonjour,
Pas de nouveau modèle aujourd’hui, ni de photos. Je continue à partager avec vous l’aventure de la création de marque (désolée çà sonne un peu « Vis ma vie » :$ ). Je vais donc juste vous présenter une analyse rapide et une ébauche de Charte pour République Du Chiffon, son « Pourquoi? » et son « Comment? ». 
Au fur et à mesure de mon avancée dans le monde merveilleux de la création textile. Certaines réalités se sont jetées sur moi sans que je n’ai rien demandé. Elles sont très encombrantes et trop réelles pour les occulter. Je vais tenter de vous expliquer tout çà de mon point de vue de novice, tel que je le vis. En entrant chez Maisons de Mode, label de jeunes créateurs, on m’a expliqué des tas de choses et notamment comment se calculent les prix de vente en boutique. Rien de mieux qu’un exemple..
Si on prend la robe « Agathe » de la collection de cet été et qu’on applique la règle générale:
Coût matière première: tissu, liseré, élastique, fil = 11€
Coût confection: coupe, montage (par moi ou par des couturières autoentrepreneuses à domicile)= 40€ en moyenne (je ne me paie pas)
A ceci s’ajoute le Coût de création: dessin, patronage, prototypage: 50€ (à répartir sur le nombre de pièces confectionnées) il est peu élevé (parce que je le réalise moi-même ou avec l’aide de Maisons de Mode qui pratique des tarifs vraiment très bas) et les quelques autres charges fixes (essence, téléphone, électricité, loyer atelier etc..) que je ne vais pas comptabiliser ici.
On va dire qu’on confectionne 10 robe « Agathe »:
Prix de revient = (11€ + 40€)*10 + 50 = 560/10 = 56€
Pour obtenir le prix de gros (prix auquel on vend aux boutiques) *2 (c’est pas moi qui l’invente, c’est la règle)
56*2 = 112€
Pour obtenir le prix de vente public (en boutique) *2,5 (au mieux) en général c’est plutôt 2,7
112*2,5 = 280€
Vous prenez, j’imagine, tout de suite conscience de l’ampleur de mon problème.. Pour une République, on ne peut pas dire que ce soit franchement un prix accessible..  Comment en arrive-t-on là?
1. Les matières premières: 
 En vrac: Jusqu’ici je bouffais à tous les râteliers, tant que le tissu me plaisait je ne faisais pas vraiment attention ni à sa provenance, ni à sa composition (même si j’ai généralement évité, plus par goût que par conviction le polyester, le polyamide etc..). Et puis je me suis renseigné sur les provenances et les conditions de travail des gens… on ne trouve pas grand chose, mais ce qu’on trouve nous laisse clairement percevoir l’ampleur du problème. Tant écologiquement qu’humainement… Je me suis donc tourné vers des productions « propres » (humainement et écologiquement)  et là… et bien… Quand on est petit, on ne peut pas jouer sur les volumes donc on paie plein pot pour de petites quantités. J’essaie de choisir (quand c’est possible d’avoir l’infos) des produits qui soient fabriqués dans des pays qui respectent les lois européennes de sécurité des conditions de travail et si possible comportant une charte environnementale (c’est un choix complétement assumé! j’ai assez râlé pendant des années sur les marques qui exploitent des travailleurs pour ne pas entrer maintenant dans la démarche)

2. La confection:
J’ai envie de dire « même combat ». Hors de question d’aller faire confectionner dans des pays où une éthique des conditions de travail et de rémunération n’est pas mise en place et où il n’existe pas un minimum de sécurité sociale, et là je vais même encore plus loin. Je m’explique: je suis d’une région où autrefois prospérait quantité d’usines textiles qui ont été démontées les unes après les autres avec la trainée de drames et de précarité qui suit. Je trouve çà anormale, révoltant et je fais le choix d’une confection de « proximité ». Çà, c’est dit et c’est fait. La confection des produits République Du Chiffon se fera dans le nord de la France, si les entreprises locales ne font pas bosser leurs voisins qui va le faire?
Comment? par la création d’un réseau de couturières à domicile: j’ai  choisi dans un premier temps de « recruter » des couturières compétentes et équipées, « anciennes » (retraitées ou licenciées) des ateliers de confections de la région qui ont choisi de poursuivre leur activité comme auto-entrepreneuses à domicile. J’ai passé et répondu à des annonces et j’ai eu le plaisir de rencontrer ses femmes, j’espère pouvoir leur donner des travaux de couture réguliers payés convenablement. Et je compte bien vous les présenter prochainement. Pour comparer, j’ai aussi fait faire des études de prix dans les ateliers de confections encore existants dans la région et on arrive à peu de chose prés aux mêmes niveaux de prix si les quantités à produire sont suffisantes.. on en est pas là!
Voilà, la Charte République Du Chiffon a posé ses jalons: Matières premières « responsables » et  Fabrication Artisanale et Régionale.
Et là… c’est beau, bravo… mais cocotte.. t’es gentille avec tes grands principes mais t’as vu tes prix?
 Bin oui!  (comme on dit dans le nord)
3. la distribution: 
Si je veux (et j’y tiens) maintenir une production responsable. Il va me falloir trouver des réseaux de distribution différents.. La marge des boutiques est trop importantes pour mes réalisations (je ne les blâme pas, ils ont leurs charges, leurs difficultés…).
Le mieux, c’est la vente en direct. Encore faut-il que les modèles plaisent et se faire connaître…(e-boutique, salon, boutiques éphémères, concepts stores, si vous avez des idées ou des tuyaux je suis preneuse!)
Ce constat fait. Je choisis malgré tout de tenter ma chance. Et je recalcule mes prix en fonction de cette nouvelle donnée.
Prix de revient = 56€
Prix de vente = prix de revient  * 2 à 2,5 en fonction des modèles
Pour Agathe = 56€*2,5 = 140€ j’ai réussi à diviser le prix par 2 par rapport au prix public de départ… çà laisse une petite marge de manœuvre pour les soldes, offres promotionnelles, prix atelier des salons, ventes privées, louer les stands, gérer les marges pour les ventes en boutique éphémère, concours etc.
Le bénéficie qui est réalisé est utilisé pour financer la suite, l’achat de nouvelles matières premières et de nouvelles confections. Il me rembourse aussi les charges fixes. Autant vous dire que je travaille pour République Du Chiffon par passion et que parfois mon mec a du mal à comprendre et à tolérer un tel niveau d’implication juste pour le plaisir.. 😉 (mais heureusement pour moi il m’aime alors il me soutient, je lui dois un grand merci et j’ai bien de la chance!)
Donc en choisissant République Du Chiffon:
Vous vous offrez une jolie robe quasi-unique dans une matière de qualité.
Vous soutenez l’emploi dans le nord-pas de -calais

Vous choisissez de porter des vêtements  « créateur » conçus avec une vrai « éthique sociale ».

Voilà, je crois que c’est le plus long billet paru ici! Si vous avez eu le courage de me lire jusque là! Merci! et désolée pour les fautes!
Dans mon dernier billet, je vous ai parlé des patrons que je souhaite développer. Vous êtes nombreuses à avoir répondu, je ne m’y attendais pas et çà me fait vraiment plaisir. Maintenant, je suis bien embêté parce que je ne peux pas en envoyer à tout le monde. Je vais donc regarder vos réalisations et choisir celles dont l’univers est le plus proche du mien. Pour toutes celles qui se sont gentillement proposées, je propose de vous offrir  un bon de réduction (20%) sur les patrons à venir. Vous recevrez tout çà par mail d’ici fin de semaine.
Encore merci de me suivre, comme d’hab, j’attends vos commentaires avec impatience.

Belle journée sous la pluie.
Géraldine.